22/11/2014

Adoubement dans la Chevalerie

L’Ordre de chevalerie anonyme [met les pièces d’équipement militaire] en relation directe avec l’adoubement dans une prétendue explication qu’Hugues de Tibériade aurait donnée à Saladin : le bain qui le précède symbolise le baptême ; le lit où se couche ensuite l’impétrant, le paradis ; ses draps blancs, la chasteté ; sa robe rouge, le sang qu’il lui faudra verser ; les bras noirs, le rappel de la mort ; la ceinture blanche, encore la chasteté ; les éperons, la vertu de la diligence (v. 1180-1188).

M. Aurell, Le chevalier lettré. Savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles, Paris, Fayard, 2012, p. 298.

20/11/2014

Célibat sacerdotal

Les religions qui prescrivent le célibat à leurs prêtres savent bien ce qu’elles font. Il n’y a rien qui détruise tant le sceau sacerdotal qu’aimer une femme.

Victor Hugo, Les travailleurs de la mer, 3e partie, livre III, chap. II.

18/11/2014

Célibat des prêtres

Nous sommes forts parce que nous possédons cette vertu, et ceux qui attaquent le célibat ecclésiastique, auréole du sacerdoce chrétien, savent bien ce qu’ils font. Les sectes hérétiques l’ont aboli chez elles ; c’est le thermomètre de l’hérésie : à chaque degré d’erreur, il correspond un degré, si ce n’est de mépris, au moins de diminution de cette vertu céleste.

Lacordaire, à Notre-Dame de Paris.

16/11/2014

Liberté humaine

Nul ne se perd sans le savoir, et nul ne reste dans l’erreur sans le vouloir.

Notre Seigneur à sainte Thérèse, Les Fondations, chap. VIII.

14/11/2014

Fidélité à la foi

Fais, ô Seigneur que je reste toujours fidèle à ce que j’ai professé dans le symbole de ma régénération, lorsque j’ai été baptisé dans le Père, dans le Fils et dans l’Esprit Saint. Fais que je t’adore, notre Père, et en même temps que toi, que j’adore ton Fils ; fais que je mérite ton Esprit Saint, qui procède de toi à travers ton Fils unique... Amen

Saint Hilaire de Poitiers, De Trinitate 12, 57.

12/11/2014

Prière

Il est nécessaire de se rappeler de Dieu plus souvent que l’on respire.

Saint Grégoire de Nazianze, Oratio 27, 4:  PG 250, 78.

10/11/2014

Le notre Père

La différence de ces deux introductions à la prière [du notre Père, chez saint Matthieu et chez saint Luc] s’expliquer par la diversité de leurs destinataires. Le catéchisme de Matthieu s’adresse à des hommes sui, dès l’enfance, ont appris à prier, mais risquent de se laisser aller à la routine. Celui de Luc, au contraire, s’adresse à des gens qui ont tout à apprendre de la prière, et qu’il faut encourager. Aucun doute : Matthieu nous transmet un enseignement pour chrétiens d’origine juive, Luc une catéchèse pour païens convertis. Vers l’an 75 de notre ère par conséquent, le Notre Père est, aussi bien dans l’Église judéo-chrétienne que dans l’Église des gentils, élément obligé de la formation à la prière. Quelque différente que fût leur situation, l’une et l’autre Église étaient d’accord sur la nécessité pour un chrétien d’apprendre la prière du notre Père. / Comment donc expliquer la présence chez Matthieu et chez Luc de deux versions différentes ? Nous pouvons à présent répondre : les variantes ne sauraient en aucune manière être attribuées à la volonté propre des évangélistes – aucun auteur n’eût osé prendre sur lui de changer / quelque chose à la prière du Seigneur – ; elles s’expliquent par la diversité des situations concrètes (Sitz im Leben). Nous avons affaire aux textes de deux Églises : les évangélistes nous transmettent chacun le Notre Père dans le texte récité de son temps et dans son Église .

J. Jeremias, Paroles de Jésus. Le sermon sur la montagne. Le Notre Père, Paris, Les Éditions du Cerf, coll. Lectio divina 38, 1963, p. 58-5.

08/11/2014

Coopération des fidèles à la messe

« C’est alors [à la messe] que le prêtre, par les pouvoirs qu’il a seul reçus ; offre le divin sacrifice où Jésus lui-même renouvelle l’immolation unique accomplie sur le Calvaire pour la rédemption du monde et la glorification de son Père ; c’est là que les chrétiens réunis offrent au Père céleste la divine Victime par le moyen du prêtre et qu’ils apprennent à s’immoler eux-mêmes en hosties vivantes, saintes, agréables à Dieu… » (Jean XXIII, enc. Sacerdotii Nostri Primitias, AAS 1959, p. 564). On voit donc que la messe, par elle-même, exprime la volonté du Dieu de l’alliance d’unir son Peuple au sacrifice de son Fils, et ainsi de faire entrer chacun des membres de ce Peuple dans le grand mouvement de retour à Dieu inauguré par la Passion, la Résurrection et l’Ascension. Cela ne peut se faire que si chacun accepte de correspondre à l’invitation divine.

J. Lécuyer, Le sacrifice de la Nouvelle Alliance, Le Puy-Lyon-Paris, Éditions Xavier Mappus, 1962, p. 235.

06/11/2014

Rôle du prêtre

Telle est ta tâche, mon saint Seigneur, telle est ta récompense, telles sont ta louange et ta gloire éternelles, de prêcher la Parole de Dieu à tous, avec une grande confiance.

Alcuin, à un évêque, Lettres 89, MGH, EP. 4, 133.

04/11/2014

Prier pour les prêtres

Quand les prêtres manquent, les martyrs surabondent et l’équilibre de la grâce se trouve ainsi rétabli.

G. Bernanos, Le dialogue des Carmélites.