UA-62488107-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre

  • Un nouveau livre

    Vivre dans l'intimité de Jésus en incarnant l'Evangile le_tourneau-vivre_dans_l_intimite_de_jesus.jpg

    Publié chez Parole et Silence,

     

    Ce nouvel ouvrage de Mgr Dominique Le Tourneau, dans le prolongement du précédent ouvrage, Vivre la Passion avec ses acteurs, également publié par Parole et Silence, veut servir de guide pour être effectivement présent dans les scènes de l’Évangile, plus particulièrement en entrant dans la peau des différents personnages et en participant à la vie quotidienne du Seigneur, en écoutant son enseignement et en assistant à l’un ou l’autre de ses miracles. L’on commencera par une évocation émouvante de la Visitation de la Vierge Marie à sa cousine Élisabeth, qui aide à pénétrer plus à fond dans le mystère de l’Incarnation.

    Puis l’on parcourt en compagnie de notre Seigneur les chemins de Palestine, parsemés d’épisodes qu’il a bien fallu sélectionner. Ont été retenus l’entretien de Nathanaël avec Jésus, la guérison spectaculaire du paralytique de la piscine à cinq portiques, la rencontre quelque peu dramatique avec le jeune homme riche, l’attitude de Jésus envers les petits enfants, la multiplication des paix qui nourrit une foule impressionnante, la conversation des apôtres parfois mesquine et tournant autour de préoccupations très humaines, la confession pleine de foi de la divinité du Maître part Simon-Pierre, la supplication de la Cananéenne pour que Jésus expulse un démon possédant sa fille, l’invitation chez Zachée le publicain au grand scandale des pharisiens, les sanglots qui secouent Jésus à son arrivée à Jérusalem et les amis de Dieu, terme par lequel Jésus désigne ses apôtres le Jeudi Saint.

    Une place importante est accordée au village de Béthanie, qui apparaît comme une plaque-tournante dans les pérégrinations pastorales de Jésus, et où Jésus avait de bons amis en la personne de Marthe, de Marie et de Lazare. Nous prenons part à la montée de Jéricho, au repas pris chez Simon le lépreux, à l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, à la résurrection de Lazare, à la vie paisible et reposante au foyer de Béthanie, à l’épisode du figuier maudit et desséché et à l’Ascension de Jésus au ciel, qui intervient à proximité de cette bourgade.

    Bref, un ouvrage très prenant et très enrichissant sur le pan spirituel et qui se lit très facilement. Il peut parfaitement servir de point de départ à une réflexion personnelle plus approfondie.

  • Mon enfant sur internet

    Je ne saurais que trop recommander aux parents et aux éducateurs cet ouvrage disponible en format électronique et en format papier, qui donne des conseils très pertinents et expérimentés sur les sujets suivants :

    - Accompagner et protéger mon enfant sur internet

    - La relation aux écrans

     - Les smartphones

    - Les filtres parentaux

    - 7 réseaux sociaux décryptés.

    l'ouvrage est publié par les Editions Blanche de Peuterey.

    enfant_internet300.jpgbonne lecture !

  • Bx Alvaro

    Le numéro de novembre 2016 de

    Parole et prière

    publié par les éditions Artège

    invite à prier un mois avec le bienheureux Alvaro del Portillo, béatifié à Madrid, le 27 septembre 2014. Le bienheureux est un des artisans du concile Vatican II. Il a reçu de nombreuses charges des papes, de Pie XII à Jean-Paul II. En 1935, il rencontre à Madrid saint Josémaria, le fondateur de l'Opus Dei, dont il deviendra le proche collaborateur en 1939, puis le premier successeur en 1975.

  • Saint de l'ordinaire

    Josémaria, le saint de l'ordinaire. Un homme vaillant en quête de Dieu.

    Publié par les Editions Le Laurier.

    Traduction française du livre de la journaliste Pilar Urbano. 

    Connaître la façon dont l'Opus Dei est né, le sens de la vie chez saint Josémaria, sa vision nuptiale de la mort, son approche du temps, l'immense respect dont il entourait chaque âme, son sens de l'humour, son amour de l'Eglise, oeuvrera pour le ressourcement de al vie chrétienne en nous. elle s'en trouvera revigorée dans chacune des manifestations de leur vie familiale, professionnelle, sociale et religieuse.

    Le "saint de la vie ordinaire" est une expression employée par saint Jean-Paul II dans son homélie pour la canonisation du fondateur de l'Opus Dei.

  • Nouveau Manuel

    IMG_20161022_144332.jpgLes communautés hiérarchiques de l'Eglise catholique

    par Dominique Le Tourneau

    Wilson & Lafleur, Montréal.

    Cet ouvrage présente les différentes communautés hiérarchiques majeurs de l'Eglise, à savoir les diocèses et les communautés hiérarchiques mineures, que sont notamment les paroisses. il traite aussi de ceux qui les ont en charge et de leur fonctionnement: évêques diocésains et autres prélats, avec leurs devoirs et leurs droits, les vicaires généraux et épiscopaux, la curie diocésaine, le synode diocésain, les organes collégiaux de gouvernement; l'organisation supra-diocésaine constituée par les provinces et les régions apostoliques, le métropolitain, les conciles particuliers; les conférences des évêques; les curés, vicaires paroissiaux, et els conseils paroissiaux; une place importante est accordée au droit des Eglises catholiques orientales. des sujets peu souvent abordés font l'objet d'un développement particulier, comme les archives ecclésiastiques ou la question de la demande de radiation des registres de catholicité.

    Distributeur en Europe : Editions Le Laurier.

     

  • Lire en étant un personnage

    Il faudrait […] des hommes qui regardent une œuvre tout uniment pour la voir et la recevoir, qui lisent une œuvre tout uniment pour la lire et la recevoir, pour s’en alimenter, pour s’en nourrir, comme d’un aliment précieux, pour s’en faire croître, pour s’en faire valoir, intérieurement, organiquement, nullement pour travailler avec, pour s’en faire valoir, socialement, dans le siècle ; des hommes aussi, des hommes enfin qui sachent lire, et ce que c’est que lire, c’est-à-dire que c’est entrer dans ; dans quoi, mon ami ; dans une œuvre, dans la lecture d’une œuvre, dans une vie, dans la contemplation d’une vie, avec amitié, avec fidélité, avec même une sorte de complaisance indispensable, non seulement avec sympathie, mais avec amour ; qu’il faut entrer comme dans la source de l’œuvre ; et littéralement collaborer avec l’auteur ; qu’il ne faut pas recevoir l’œuvre passivement ; que la lecture est l’acte commun, l’opération commune du lisant et du lu, de l’œuvre et du lecteur, du livre et du lecteur, de l’auteur et du lecteur.

    C. Péguy, Clio, Paris, Gallimard, 1932, p. 19-20.

  • De bonnes lectures

    [Les lecteurs] se mettront en garde contre la curiosité, qui cherche plus à savoir du nouveau qu’à s’édifier ; contre la vanité, qui veut connaître les choses spirituelles pour pouvoir en parler et se faire valoir ; contre l’esprit critique, qui au lieu de profiter de ce qui est enseigné, l’écoute pour en critiquer le fond ou la forme littéraire .

    A. Tanquerey, Précis de théologie ascétique et mystique, Paris-Tournai-Rome, Desclée et Cie, 8e éd., 1923-1924, p. 371.

  • La littérature catholique

    Il y a lieu d’admirer tant de « bonnes presses », de « bons cinémas », de « bons romans », qui s’offrent loyalement et avec une bonne volonté certaine pour les véhicules attitrés du bien. Toute revue catholique ne se propose-t-elle pas, si c’est une revue de jeunes, d’être l’organe du renouveau catholique, ou si c’est une revue de doctrine et d’information, de donner une idée complète de la pensée catholique et de l’activité catholique de nos jours ? On verra cela à la fin du monde, les abonnés risquent d’être un peu étonnés. // Admirons aussi tant de littérateurs catholiques qui se persuadent que leurs ouvrages constituent la littérature catholique, autant dire la littérature de Dieu. Loin de nous de soutenir que les choses de la grâce ne sauraient devenir sujet de fiction ou de roman ; elles sont plus intimes à la vie humaine que cette vie elle-même, comment le romancier en ferait-il abstraction ? Mais ce qui est requis c’est que son œuvre ne les diminue pas et respecte leur transcendance, ce profond secret qui est la marque des mystères divins.

    J. Maritain, Religion et culture, Questions disputées, Paris, D.D.B. & Cie, 1930, p. 61-62.

  • Les chrétiens d'Orient

    Les chrétiens d'Orient

     

    Alors que nos frères chrétiens font l'objet de persécutions de plus en plus prononcées, il n'est aps inutile de rappeler l'action de l'Ordre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, qui aide moralement et financièrement à ceux de Terre Sainte. L'on pourra lire à ce sujet mon ouvrage sur l'Ordre.

    couvoss(2).jpg

    Cet ouvrage, abondamment illustré, décrit la présence des chrétiens en Terre Sainte, l'action de l'Ordre du Saint-Sépulcre pour ocnforter la présence chrétienne, le Saint-Sépulcre, l'histoire de l'Ordre, sa spiritualité, sa structure, sa présence en France.

  • Philippe Oswald et le Dictionnaire encyclopédique de Marie

    Philippe Oswald et le Dictionnaire encyclopédique de MarieCapture d’écran (3).png

    Dans le commentaire du Dictionnaire encyclopédique de Marie, paru chez Desclée de Brouwer le 2 avril 2015, Philippe Oswald écrit sur Aleteia

    "Vous allez adorer – pardon, vénérer ! – le Dictionnaire encyclopédique de Marie. [...] Une cathédrale ! On y entre, comme dans tout dictionnaire, par n’importe quelle porte et l’on s’y promène, de trouvaille en trouvaille, de ravissement en ravissement, en ne souhaitant qu’une chose : ne plus en sortir."

    Il souligne plus loin que le Dictionnaire encyclopédique de Marie "permet de parcourir une véritable « géographie » de la présence mariale sur deux millénaires et cinq continents, mais encore un large éventail de disciplines".

    Après avoir évoqué la préface du cardinal Barbarin, il ajoute que "toutes les occasions sont bonnes pour s’émerveiller : les sanctuaires, oratoires, chapelles, ermitages, églises, collégiales, basiliques, cathédrales placés sous un vocable marial, les chefs-d’œuvre de sculpture, de mosaïque, de peinture, de littérature qu’elle a inspirés, les poèmes comme les traités théologiques qui lui sont dédiés, sans oublier la musique et le cinéma le plus contemporain, et jusqu’aux endroits les plus improbables", ces « ténébreux tréfonds » [qu'évoque Didier Decoin, de l'académie Goncourt, dans la quatrième de couverture] que sont Notre-Dame des houillères de Ronchamp, ou la fosse Notre-Dame de la Compagnie des mines d’Aniche, que vient visiter et éclairer « l’Étoile du matin ». Oui, a-t-on envie de chanter en virevoltant d’entrée en entrée (il y en a 6 500 !), « Reste avec nous, Marie », toi dont le « oui » a fait entrer Dieu dans le monde, toi dont l’humilité a terrassé Lucifer.

    D'autre part, Philippe Oswald est d'avis que l'on "peut déjà prédire sans risque d’être démenti que ce Dictionnaire encyclopédique de Marie, qui "s’adresse aux amateurs, au sens véritable et profond de ce terme, comme aux spécialistes des diverses disciplines mobilisées par cette somme théologique et artistique de culture mariale", "deviendra un « classique », un fleuron incontournable et indémodable, usé à force d’être consulté, de toute bonne bibliothèque".

    Bonne lecture en ce mois de Marie qu'est le mois de mai (on verra l'origine de cette dévotion à la notice correspondante).