UA-62488107-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jésus-Christ - Page 3

  • La mort de Lazare

    Lazare1.jpgLa mort de Lazare

    "Lorsqu’il eut parlé ainsi, il demeura deux jours dans ce lieu". Pourquoi y demeurat-il ? Afin que Lazare put rendre le dernier soupir et être enseveli ; pour ôter tout sujet de tenir un pareil langage : Il n’a ressuscité qu’un homme qui n’était pas mort. […] Aussi le Christ attend-il que la corruption se soit déclarée et que l’on puisse dire : "Déjà il sent mauvais…" Après cela il dit à ses disciples : "Allons en Judée." Pourquoi Jésus, qui d’ailleurs ne fait point de prédiction pareille, en fait-il une ici ? Ses disciples étaient en proie à uneterreur profonde : c’est pour les rassurer que le Maître leur annonce ce qui doit avoir lieu. Et que lui disaient-ils ? "Les Juifs cherchaient naguère à te lapider [cf. Jean 10, 31], et tu reviens au milieu  d’eux !" Ils craignaient à la vérité encore plus pour eux-mêmes que pour lui, parce qu’ils étaient loin de la perfection. Plus pressé par la crainte que les autres, plus faible aussi et plus incrédule, Thomas s’écrie : ‘Allons-y nous aussi, afin de mourir’ (Jean 11, 16) » avec lui.

    Saint Jean Chrysostome, Homélies sur saint Jean 62, 1.

  • La meilleure part

    La meilleure part

    Marie a choisi la meilleure part – lMartheMarie.J.Beuckelaert.jpg’excellence, dit notre texte latin […]. Non, le Seigneur n’arrachera point Marie à sa contemplation et à son amour ; bien assise, elle a pris place déjà à ce festin de la vie éternelle que le Seigneur est venu offirir à ses hôtes de Béthanie. Il est bon de recevoir Jésus dans sa maison ; il est meilleur encore de recevoir, des lèvres de Jésus, la vérité dans son cœur. Les vrais heureux sont ceux qui recueillent la parole de Dieu et la gardent avec amour, comme un trésor (cf. Luc 11, 28).

    Dom Paul Delatte, L’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ le Fils de Dieu, Sablé, Éd. de l’abbaye de Solesmes, t. I, 1975, p. 534

  • Adoration

    Je dirais que l'adoration signifie reconnaître que Jésus est mon Seigneur, que Jésus me montre le chemin à prendre, me fait comprendre que je ne vis bien que si je connais la route qu'Il m'indique. Adorer, c'est donc dire : "Jésus, je suis tout à toi et je te suis dans ma vie, je ne voudrais jamais perdre cette amitié, cette communion avec toi". Je pourrais également dire que l'adoration, dans son essence, est un baiser à Jésus, dans lequel je dis: "Je suis à toi et je prie afin que toi aussi, tu demeures toujours avec moi".

    Benoît XVI, Rencontre de catéchèse avec les jeunes de la première Communion, 15 octobre 2005.

  • Humilité de sainte Thérèse

    Priez pour le pauvre petit grain de Sable, que le petit grain de sable soit toujours à sa place, c'est-à-dire sous les pieds de tous, que personne ne pense à lui, que son existence soit pour ainsi dire ignorée, que le grain de sable ne désire pas d'être humilié, c'est encore trop glorieux puisqu'on serait obligé de s'occuper de lui, il ne désire qu'une chose, être OUBLIÉ, ne compter pour rien !... Mais il désire être vu de Jésus, si les regards des créatures ne peuvent s'abaisser jusqu'à lui, que du moins la face ensanglantée de Jésus se tourne vers lui... Il ne désire qu'un regard, un seul regard !

    Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, Une course de géant. Lettres (édition intégrale), « Lettre 95 à sœur Agnès de Jésus », juillet-août (?) 1889, Paris, Cerf, DDB, 1977, p. 156.

  • L’humilité de Jésus

    Notre Seigneur a tellement pris la dernière place, que jamais personne n’a pu la lui ravir.

     

    Abbé Huvelin.

  • Le respect des prêtres

    Je ne veux pas que diminue la révérence que l’on doit professer envers lesprêtres, car la révérence et le respect qu’on leur témoigne ne s’adressent pas à eux, mais à moi, en vertu du Sang que je leur ai donné pour qu’ils l’administrent. Si ce n’était pas pour cela, vous devriez leur témoigner la même révérence qu’aux laïcs, et rien de plus.

     

    Sainte Catherine de Sienne, Le Dialogue, chap. 116.

  • Ressembler au Christ

    Le Christ t’a donné le pouvoir d’être comme lui selon tes forces. Ne t’effraie pas d’entendre cela. Ce qui doit te faire trembler, c’est de ne pas être comme lui.

     

    Saint Jean Chrysostome, In Matthæum homiliæ 78, 4. 

  • Marie-Madeleine cherche Jésus

    Appelée par son nom, Marie (Madeleine) reconnaît donc son créateur et elle l’appelle aussitôt Rabonni, c’est-à-dire maître, parce que celui qu’elle cherchait intérieurement était celui-là même qui lui enseignait intérieurement à le chercher.

    Saint Grégoire le Grand, Homiliæ in Evangelia 25, 5.

  • Jésus et Marie-Madeleine

    Reconnais celui par qui tu es reconnue. Je ne te connais pas en général, comme les autres, je te connais d’une façon particulière.

    Saint Grégoire le Grand, Homiliæ in Evangelia 25, 5.

  • Le vrai disciple du Christ

    Suivre le Christ ne peut être une imitation extérieure, parce que cela concerne l’homme dans son intimité profonde. Être disciple de Jésus veut dire être rendus conformes à lui (…), et ainsi le disciple est assimilé au Seigneur et lui est configuré.

    Jean-Paul II, encyclique Veritatis splendor, n° 21.