UA-62488107-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Prière - Page 3

  • La prière vraie

    La prière n’est vraie que lorsqu’elle est supplication pure, c’est-à-dire lorsqu’aucune présomption consciente ou inconsciente ne vient s’y mêler et que nous sommes persuadés jusqu’au fond de nous-mêmes de notre impuissance absolue à réaliser par nos seules forces le bien que nous implorons pour nous ou pour les autres.

     

    G. Thibon, Notre regard qui manque à la lumière, Paris, Amiot-Dumont, 1955, p. 63.

  • Prier pour les autres

    Si tu ne pries que pour toi, tu seras (…) l’unique intercesseur en ta faveur. En revanche, si tu pries pour tous, la prière de tous te sera aussi profitable à toi, car tu fais aussi partie du tout. De cette façon, tu obtiendras une grande récompense, car la prière de chaque membre du peuple s’enrichira de la prière de tous les autres membres.

     

    Saint Ambroise, De Caïn et Abel 1, 9, 39.

  • Connaître Dieu

    Mon Dieu, si vous existez faite que je vous connaisse.

     

    Charles de Foucauld, octobre 1886.

  • Saint Joseph, maître de vie intérieure

    Qui ne trouve pas de maître pour lui enseigner comment faire oraison, qu’il prenne ce saint glorieux (elle parle de saint Joseph) pour maître ; elle n’errera pas sur son chemin. 

    Sainte Thérèse d’Avila, Vie 6, 6, 7, 8.

  • Prière mariale de saint Maximilien Kolbe

    Ô Vierge immaculée, élue entre toutes les femmes pour donner au monde le Sauveur, servant fidèle du mystrère de la Rédemption, donnez-nous de répondre à l'appel de Jésus et de le suivre sur le chemin de la vie qui conduit au Père.

    Vierge toute sainte, arrachez-nous au péché, transformez nos cœurs.

    Reine des apôtres, faites de nous des apôtres !

    Qu'en vos mains toutes pures nous devenions des instrumenst dociles et aimants pour achever de purifier et de sanctifier notre monde pécheur.

    Partagez en nous le grve soouci qui pèse sur votre cœur maternel, eu aussi votre vive espérance : qu'aucun homme ne soit perdu.

    Que la Création entière puisse avec vous, ô Mère de Dieu, tendresse de l'Esprit Saint, célébrer la louange de la Miséricorde et de  l'Amour infini.


    Saint Maximilien Kolbe, Guillaume de Menthière, Je vous salue Marie. L'art de la prière, préface de Mgr Henri Brincard, Paris, Mame-Edifa, 2003, p. 41.

  • Saint Joseph et la prière

     

    Qui ne trouve pas de maître pour lui enseigner comment faire oraison, qu’il prenne ce saint glorieux (elle parle de saint Joseph) pour maître ; elle n’errera pas sur son chemin. 

    Sainte Thérèse d’Avila, Vie 6, 6, 7, 8.

  • La prière-comédie

     

    Ces prières que vous avez la prétention de lui faire entendre, ce sont des prières pour les haricots, des oraisons pour les tomates, des Alleluia pour les topinambours, des Hosanna pour les cougourdes ! (…) Ca ne peut pas monter au ciel, parce que ça n’a pas plus d’aile qu’un dindon plumé.

    M. Pagnol, Sermon du curé dans Manon des sources.

  • Sarkozy et la prière

     

    Eprouver un besoin immédiat de s’en sortir et recourir à Dieu en désespoir de cause ne fait pas de l’homme un croyant ! C’est plutôt dans les situations de joie, de paix, quand on a le sentiment d’être comblé, que l’envie de se tourner vers Dieu dans la prière est la plus sincère. Je crois que la sincérité de « rendre grâce » est plus forte que l’appel d’urgence ! Prier en cas de besoin est une forme d’instrumentalisation de l’idée de Dieu. La démarche de celui qui rend grâce a plus de noblesse. Il a obtenu ce qu’il voulait, il remercie : c’est plus gratuit.

    N. Sarkozy, La République, les religions, l’espérance, Paris, Cerf, 2004, p. 43.

  • L'existence de Dieu

     

    Mon Dieu, si vous existez faite que je vous connaisse.

     

    Charles de Foucauld, octobre 1886.

  • La vraie prière

    La prière n’est vraie que lorsqu’elle est supplication pure, c’est-à-dire lorsqu’aucune présomption consciente ou inconsciente ne vient s’y mêler et que nous sommes persuadés jusqu’au fond de nous-mêmes de notre impuissance absolue à réaliser par nos seules forces le bien que nous implorons pour nous ou pour les autres.

    G. Thibon, Notre regard qui manque à la lumière, Paris, Amiot-Dumont, 1955, p. 63.